Open de France 2019 – Compte rendu


L’Open de France de Go a eu lieu cette année dans l’étonnante ville du Havre, détruite à 82% (d’après Wikipedia, ne me demandez pas comment on calcule un pourcentage aussi précis sans Alphago) pendant la seconde guerre mondiale et reconstruite ensuite avec une unité architecturale classée aujourd’hui au patrimoine mondial de l’Unesco.


Pour mémoire, il s’agit d’un championnat, c’est-à-dire où toutes les parties se jouent sans handicap. Le terme open signifie qu’il est ouvert à tous, français ou non, amateurs comme professionnels. Pour participer, deux possibilités : être 4d ou plus dans l’année précédant le championnat, ou bien se qualifier via les championnats de ligue.


Déroulement de la compétition

Nous étions trois lyonnais qualifiés cette année :Robin Chauvin (3d), Denis Kuperberg (2d), et moi-même Hugo Maussion (2d)

La compétition s’est déroulée sur trois jours en sept rondes : un rythme intense donc, qui ne nous a pas permis de beaucoup profiter de la plage et du très beau temps ce weekend là !
Ce fut néanmoins un excellent moment, principalement grâce au club du Havre qui nous a concocté une organisation aux petits oignons. La salle mise à disposition pour l’événement était spacieuse, lumineuse et calme, idéale pour relire trente fois que oui, le briseur de shicho fonctionne bien. Tous les moindres détails étaient parfaitement réglés, ce qui a assuré un déroulement sans heurts et contrairement à la tradition, sans retirage de ronde et démarrage en retard.

En dehors du championnat à proprement parler, nous avons pu profiter au déjeuner de la très conviviale buvette qui nous a régalé les papilles avec de bons petits plats et le soir du bar à jeux le Décalé, situé à quelques minutes de marche. Un grand merci donc à l’équipe du Havre et leurs acolytes de Rouen venus prêter main forte qui nous ont si bien accueillis !

Signalons d’ailleurs une nouveauté, signe des temps qui changent : chacun devait poser son téléphone portable sur la table dans une zone spécifique pendant toute la durée de la partie. Ceci afin d’éviter toute triche à l’aide de Leela Zero.

Pour ce qui est de la compétition, vingt-quatre joueurs ont répondu présent, avec trois favoris pour le titre : Motoki Noguchi 6d, Benjamin Dréan-Guénaïzia 6d et Florent Labouret 5d. Suivait une myriade de joueurs classés entre 4d et 2k.

Au final, c’est Benjamin Dréan-Guénaïzia qui s’impose, grâce en particulier à une victoire contre Motoki Noguchi où la règle française a eu toute son importance. En effet, un seki particulier a assuré à Benjamin deux points qu’il n’aurait pas eu en règle japonaise, ce qui lui a permis une victoire d’un point et demi. Notons d’ailleurs que lui-même n’était pas certain de la façon correcte de compter le seki, ce cas étant relativement rare.


Du côté des lyonnais

Côté lyonnais, nous avons fait de notre mieux mais la compétition a été rude !
Robin repart avec 3 victoires et 4 défaites Denis avec 2 victoires –dont une perf’ contre Toru Imamura 4d– et 5 défaites donc, et moi avec 2 victoires et 4 défaites.
La puissance du port du Havre n’a donc pas vraiment été avec nous ! Mais malgré les défaites, toutes les parties furent très intéressantes, pleines de tension et de rebondissements pour finir souvent sur des scores très serrés.
Globalement un très bon championnat donc, j’espère me qualifier à nouveau l’année prochaine !

Les résultats détaillés ne sont malheureusement pas encore disponibles.


Merci à Antonin Corbière pour les photos. Retrouvez en plus sur l’album Google Photo


Retrouvez l’ensemble des parties des lyonnais sur notre bibliothèque de partie