Coupe Maître LIM 2018 – Les deux équipes de Lyon

Le week-end des 10 et 11 novembre se déroulait le championnat de France des clubs, dit Coupe Maître Lim, à Orsay, en région parisienne. La compétition regroupe des équipes de 4 joueurs de tous les clubs de France pour déterminer le champion de France des clubs.

Cette année était un peu particulière puisque c’était la première fois que le nouveau règlement de cette compétition était appliqué. Il met en place un système de deux divisions (D1 et D2). Les 6 meilleures équipes se disputent le titre de champion de France des clubs en D1, avec une limite d’une équipe par club, tandis que toutes les autres équipes (plusieurs par club possible) se battent pour une qualification en D1 l’année suivante. En effet, les deux meilleures équipes de D2 peuvent grimper en D1 tandis que les 3 moins bonnes de D1 chutent en D2 l’année suivante. Il y a donc un roulement minimum assuré d’année en année.
Cette édition a regroupé 6 équipes en première division et 12 équipes en deuxième division.

L’enjeu était donc de taille pour nos deux équipes lyonnaises. Lyon 1 (Vincent Godivier 3d, Robin Chauvin 3d, Camille Berthon 2d et Mateo Langer 1k) était parmi les favoris. Lyon 2 (Hugo Maussion 1d, Denis Kuperberg 1d, Rémi Langeron 7k, Martin Jocqueviel 7k) restant tout de même un challenger à ne pas sous estimer !


Le parcours de Lyon 1

Equipe Lyon 1

De g. à d. : Mateo Langer, Camille Berthon, Robin Chauvin, Vincent Godivier

Lyon 1 termine 4ème de la compétition, avec seulement une victoire manquante pour terminer parmi les deux premières équipes qualifiables !
Face à Grenoble 2 (Toru Immamura 3d, Ariane Ougier 3d, Dominique Cornuejols 1d et Loïc Lefebvre 1d), elle n’a pas flanché en gagnant 3-1 face à son rival ! Mais c’est face à Toulouse que l’essai ne se transforme pas avec une petite contre-performance en dernière ligne droite.
Néanmoins, Lyon 1 peut être fière du parcours accompli et fera très certainement encore mieux l’an prochain. La division 1 n’est qu’à un pas !


Le parcours de Lyon 2

Equipe Lyon 2

De g. à d. : Martin Jocqueviel, Denis Kuperberg, Rémi Langeron, Hugo Maussion

Lyon 2 termine 9ème de la compétition mais n’a pas à rougir de se résultat après avoir affronté deux équipes du podium. On peut notamment noter la performance exceptionnelle de Martin qui a battu un joueur 2k de 0,5 point. On peut aussi noter la défaite sur le fil de Hugo face à un joueur 6d. Lyon n’a décidément pas dit son dernier mot et sera en force et en forme pour l’année 2019 !


Retour d’expérience des lyonnais

Les équipes de Lyon


Ronde 1 – Vauréal – Mathieu Daguenet 2d – défaite par abandon.
J’ai mal débuté et il m’a martyrisé toute la partie. Il était clairement un niveau au-dessus.

Ronde 2 – Rouen – Arnaud Knippel 1d – victoire au temps.
J’ai mal débuté sur un joseki que je ne connaissais pas. Je m’en suis sorti avec un tesuji de toute beauté qui m’a permis de lui tuer un groupe. Il a compliqué la partie autant que possible, ce qui m’a permis de tuer un second groupe. J’avais 20 points d’avance dans le gros yose lorsqu’il a perdu au temps.

Ronde 3 – Toulouse – Chimin Oh 8d – défaite par abandon rapide.
Le double 7-7 a été balayé en quelques coups légers et puissants. Il m’a écrasé comme un insecte.

Ronde 4 – Grenoble 4 – Benoît Robichon 5k – victoire d’une dizaine de points.
Grosse frayeur contre ce jeune grenoblois en pleine progression. Après quelques imprécisions de sa part en début de partie (le pouvoir du double 7-7 ?), il a joué très solidement et commencé à mener la partie. Je n’ai réussi à le dépasser que dans le yose. Il devrait vite me doubler à l’échelle !

Ronde 5 – Ouest Parisien – Kenzo Meier 6d – défaite de 6,5 points.
Suite à un coup abusif de sa part en début de partie, j’ai pris la tête. De gros échanges, de gros territoires et une avance sans doute raisonnable pour moi. Mais le rouleau compresseur 6d a fait le taf : il est remonté au yose avec des coups précis et efficaces. Je peux retourner relire le bouquin de Dai et Motoki sur le yose 🙂

Retour général:
je rentre complètement crevé du championnat. La ronde du samedi soir est vraiment dure… ça fait vraiment trop de parties dans le weekend je trouve. Le lieu du championnat n’était pas hyper cosy, le temps pluvieux a dû en rajouter une couche… Mais l’équipe organisatrice était très à l’écoute des questions et besoins des participants. Je rentre quand même content, d’abord pour la très sympathique ambiance des deux équipes lyonnaises (équipe 2 > équipe 1 quand même 😉 ) et ensuite pour avoir tenu tête à un 6d quasiment toute une partie !

Hugo Maussion 1d
Hugo Maussion
Robin Chauvin

Encore une fois, une belle compétition qui présente l’avantage de souder encore un peu plus les membres du club ! Cette année, nous avons eu, par un coup du sort dirons-nous, l’occasion de former une équipe Lyon 1 qui n’était pas la meilleure sur le papier, mais qui contentait à la fois Mateo qui, j’espère, aura été content d’être en équipe 1, et à la fois les membres de l’équipe 2 qui souhaitait rester ensemble, car il y avait une bonne cohésion d’équipe entre eux. Plus que de remporter la compétition, ce sont les liens entre les membres qu’il faut construire, et je trouve que la coupe Maître Lim est la meilleure des opportunités pour ça !

J’étais très content de mon parcours jusqu’à la dernière partie. Je venais de perdre pour la première fois contre Ariane 3d de Grenoble, après 2 victoires contre elle (en 4/5 ans cela dit), mais c’était une très belle partie avec du combat comme je les aime ! Mais malheureusement, je perd ensuite contre Ludwig Robert 1d de Toulouse, un ami contre qui je n’avais encore jamais joué en partie officielle. Il a mérité sa victoire, mais je prendrai ma revanche !

Pour parler plus généralement sur la compétition, je reste un peu perplexe sur le système de division. J’ai vraiment senti une séparation forte, où on ne croisait presque jamais les équipes de division 1. Ce qui faisait à mon sens le charme de cette compétition était que les plus forts et les moins forts pouvaient se rencontrer plus facilement qu’en compétition individuelle, et les divisions ont un peu gommé cela. C’est dommage je trouve. J’attend de voir comment ça va se passer pour les prochaines années.

Robin Chauvin, 3d

J’ai énormément apprécié l’endroit où nous avons logé, c’est à dire chez les parents de Denis, une maison cocoon où il avait l’air de faire bon vivre, j’y ai dormi comme un enfant ^^.
Mon résultat du tournoi est pour moi une déception dans le sens où ma partie contre David n’était vraiment pas attendue du fait d’une erreur CATASTROPHIQUE en fin de partie et qui plus est d’après Leela ne me fait pas perdre à 100% si je joue un yose parfait, chose qui était très compliquée étant en byo-yomi.
L’endroit où nous jouions était correct mais j’ai eu l’impression qu’il y faisait assez froid et je devais garder ma veste la majorité du temps.
Le covoiturage avec Rémy, Vincent et Mateo était super cool, même si je ne peux pas dire que je n’ai pas vu le temps passé (car il y en avait à chaque fois pour au moins 6h00), je pense qu’on s’est bien amusé et je me rappellerai encore longtemps du fameux « Format Raisin » Mateo toi même tu sais ^^

Camille Berthon, 2d
Camille Berthon
Rémi Langeron

J’aime bien la coupe maitre lim car c’est un tournoi en équipe. J’étais 3ème goban dans un bonne équipe cette année (avec Hugo,Denis et Martin J). Nous avions crée une bonne synergie et la bonne humeur était présente. On avait envie de gagner pour l’équipe c’est stimulant. Pour ma part j’ai joué contre deux 5kyu, deux 1kyu et un 11kyu. Mes parties étaient presque jouées d’avance sur le papier mais je n’ai pas réussi à faire de « perf ». J’ai tout de même vraiment apprécié mes parties. Ma partie contre Philippe j’avais testé quelque chose d’assez compliqué, j’ai laissé un de mes groupes volontairement faible pour créer un moyo, vu que le fuseki de mon adversaire était plutôt à mon avantage. J’ai estimé qu’il jouait un peu lentement avec de mauvaises directions. La partie était équilibrée voire bonne pour moi, il fallait que je fasse attention à bien relier mon groupe faible à un groupe vivant. Malheureusement je n’y suis pas arrivé. Mes partie contre les 1k ont été intéressantes mais j’ai senti la différence de niveau. La moindre erreur de ma part a été assez sévèrement punie. C’est formateur malgré la frustration de perdre. Concernant le championnat, je n’ai pas été emballé par les locaux (à part le mur qui rend sourd) et le fait qu’il pleuve, même si ce n’est pas de leur faute, n’a pas rendu les temps de repos très reposant et les reviews de partie pas forcément facile. L’équipe organisatrice était cool. Je recommande vivement ce championnat

Rémi Langeron, 7k

Super tournoi, accueil chaleureux chez Denis ( sa mère est vraiment sympa), Orsay est vraiment paumé mais c’est charmant et les croissants au fromage étaient trop bons !
Un peu déçu d’avoir raté la dernière ronde pour ma part, pas de pardon pour l’année prochaine!

Mateo Langer, 1k
Mateo Langeron
Martin Jocqueviel

Organisation correcte, rien à dire dessus (à part que des horloges numériques auraient été les bienvenues). C’était ma première participation à la coupe maître Lim et j’ai vraiment aimé la différence que cela apporte dans l’ambiance par rapport aux tournois plus «classiques». Le fait de venir en équipe apporte une saveur unique, on a vraiment l’impression de venir comme un groupe à part entière et de partager plus. On s’est notamment retrouvé avec l’équipe quelques jours avant pour une soirée entraînement/cohésion. Hâte qu’on l’organise l’an prochain à Lyon !

Concernant mes propres parties, la coupe maître Lim peut donner lieu à des rencontres assez déséquilibrées en niveau à l’échelle, ce qui a amplement été mon cas puisque je n’ai joué que contre un adversaire de mon niveau, le premier des 5.
1ère ronde (8k) : je prends pas mal d’avance au début, pour finalement tomber au temps, sans vraiment m’en rendre compte à cause des horloges mécanique (c’est décidé, je vais investir et apporter la mienne aux prochains tournois…) Mais j’ai un peu l’impression de l’avoir mérité car je n’étais pas dans une bonne mentalité, il me manquait ce fameux «kiai», la gnak quoi ! Promis je me reprends en main, au moins pour l’équipe.
2ème ronde (18k) : je profite de mon expérience sur la partie précédente pour essayer de gagner sans tomber en byo-yomi. Mission accomplie.
3ème ronde (2k) : la partie que j’attendais. Celle contre un adversaire plus fort, mais où une victoire peut être arrachée si on donne tout, si on ne lâche rien. L’occasion de me prouver que je progresse. 20h30, les horloges sont lancées pour la dernière ronde de la journée. 10 premiers coups très calmes, puis mon adversaire attaque dès le coup 11. Après une courte séquence, je décide de jouer solide et réveiller ses faiblesses, mais le voilà qui tenuki. Sans doute à cause de la différence théorique de niveau et de l’impact psychologique qui en découle, j’ai déjà la sensation d’être très en retard au coup 23. Je dois donc y aller à fond dès maintenant et capitaliser mon dernier coup. Je coupe tout de suite sa forme lui enlevant toute base de vie, et s’ensuit un long combat, mettant en jeu la vie de son groupe. Je mise tout dessus, il faut que je gagne un maximum de ce groupe faible, il faut que je rattrape le gros point qu’il a pris avec son tenuki. Je prends beaucoup de temps pour chaque coup, et malgré quelques erreurs, j’arrive à construire une très grosse influence en faisant courir son groupe. Il finit par connecter, et je me sens toujours en retard, sans vraiment compter (je suis déjà en byo-yomi) et continue donc de donner tout ce que j’ai à chaque coup. Je finis par lever la tête pour me rendre compte qu’il est 23h, qu’on est les derniers à jouer et qu’une dizaine de personnes nous regarde, rendant le moment encore plus épique pour moi. Après quelques erreurs de ma part dans le yose et un dernier dame rempli, mon adversaire joue en plein milieu de mon petit groupe dans le coin. Je suis en byo-yomi, je dois vite trouver le bon coup. La tension est presque palpable (ou bien je deviens clairement mégalo…), et après avoir lu les mêmes séquences plus de fois qu’il n’est raisonnable, je trouve la vie avec la dernière pierre de la partie. J’étais tellement absorbé par la partie, par le fait de me surpasser à chaque coup que je ne vis même pas le stress habituel du comptage des points. On m’annonce mon nombre de points : 64,5. Je compte pour noir : 64. 23h15 : je gagne de 0,5 points. J’ai presque du mal à revenir à la réalité et à réaliser le résultat. Heureusement, j’ai encore 45min avant de rentrer dormir pour repenser à cette partie dont je me souviendrai sans doute longtemps.
4ème ronde (19k) : après une courte nuit, je suis content d’avoir une partie qui devrait être moins épuisante que la dernière. À nouveau, je remplis mon objectif du week-end : ne pas perdre au temps.
5ème ronde (2k) : l’exploit ne se reproduira pas ce week-end. Après avoir pris un peu d’avance, je gère mal une attaque, il ne répond pas comme je l’attends, je suis obligé de tenter le tout pour le tout et tuer sa réduction. C’était peine perdue, et je finis ce tournoi sur un résultat global de 3/5 dont je ne suis pas insatisfait.

Martin Jocqueviel, 7k

Merci à Loïc Lefebvre et Ralf Wurzinger pour les photos


Les résultats


Les parties